Préparez vous avant d'entrer au studio!  Voici la checklist à suivre... elle est longue!

Quand et pourquoi se poser la question d'entrer en studio? Ca commence comme ça...

 

Prenons l'exemple d'un groupe qui joue depuis un certain temps, qui a déjà réalisé des maquettes avec les moyens du bord, qui a fait des concerts et qui légitimement désire fixer son travail en bénéficiant des atouts que l'on ne trouve que dans un studio pro.

Il va de soi qu'il ne sert à rien de se poser la question du studio si les musiciens du groupe n'ont pas atteint un niveau qui leur donne une certaine cohésion musicale. Sans vouloir fixer de règles absolues, un minimum d'exigence musicale est donc de mise.

A titre indicatif, voici un planning classique pour un enregistrement de 4 titres:

 

1) Fixer une date d'enregistrement, pour 4 titres: 3 jours de prises, 2 jours de mixage (faire le mixage au moins deux semaines après les prises: faut laisser reposer tout ça) Fixer des dates cela donne des échéances et cela met une pression salutaire.

 

2) Connaissant la date, bosser comme des malades tous les jours en groupes ou/et individuellement... dans le désordre: du clic beaucoup de clic, fixer les structures des morceaux en y réfléchissant vraiment, fixer les tempos, enregistrer les répétitions et réécouter, faire le plus de concerts possible.... bref arriver en studio en ne se posant qu'une seule question: l'interprétation du chant, le reste doit avoir été réfléchi avant.

 

3) Tous les membres du groupe doivent posséder parfaitement les morceaux à enregistrer, c'est à dire que chacun puisse les jouer seul. Ce n'est pas au studio que vous allez improviser votre solo de guitare, bossez-le avant!

 

4) Être en forme, éliminer les problèmes de personne, d'égo... la cohésion musicale cela passe principalement par la cohésion humaine, tout le monde doit tirer dans le même sens.

 

5) Prise des rythmiques live: essayer le plus possible en fonction du niveau musical de chacun d'être le plus à cheval possible sur la rythmique, carré, il faut être carré. Le niveau de votre batteur est... déterminant.

 

Une mention particulière pour le chant qui est au centre du résultat final, il faut au préalable avoir travaillé avant: la justesse, l'intention et le placement rythmique...Vous pouvez concevoir le morceau le plus original qui soit, si le chant n'est pas au point, votre produit final ne tiendra pas la route. Sinon, il y a des logiciels pour corriger tout ça mais çela va prendre du temps… beaucoup de temps, comptez une bonne grosse demi-journée par titre pour une prise de voix et un editing à la main.

Faire le choix du studio d'enregistrement:

 

  • Les tarifs:

 

Comme beaucoup de choses, c'est le nerf de la guerre. Ne comptez pas trouver un studio digne de ce nom avec un ingénieur du son à votre disposition sans au minimum débourser 300 euros par jour: le travail, la location, l’utilisation des lieux et du matériel ne sont pas gratuits.

 

Prévoyez un budget raisonnable en fonction du nombre de morceaux que vous voulez enregistrer, des arrangements que vous avez prévus, du nombre de musiciens extérieurs que vous voulez ajouter… sachant que le temps c'est de l'argent et que plus vous serez prêts... moins vous perdrez de temps…

 

 

Le matériel du studio

 

Comme pour un musicien, les outils d'un ingénieur du son sont révélateurs.

 

Sans vouloir entamer une polémique sur le numérique vs l'analogique, le choix du studiodulac est de profiter du meilleur des deux mondes.

 

 

 

Le lieu, l'environnement, les derniers préparatifs

 

Cela peut paraître anecdotique mais il faut se sentir bien là où on enregistre, c'est un moment qui finalise un travail, et mieux vaut que ce soit dans un lieu où l'on se sente à l'aise, tranquille, pénard. Attention, tout le monde est là pour donner le meilleur de lui-même, donc vous êtes malgré tout dans une ambiance de travail mais si l'environnement est agréable, c'est un plus.

Les prises, comment l'enregistrement va s'organiser?

 

La prise de son

 

Elle est déterminante, de toutes les manières à partir de maintenant vous êtes entre les mains de l’ingénieur du son. La logique musicale voudrait que pour chaque morceau on puisse faire des essais de prises différents, mais cela, c'est réservé à ceux qui ont du temps et donc de l'argent.

Cela étant, vous devez au préalable avoir défini votre coloration sonore générale, donc avoir trouvé individuellement et surtout en groupe le matériel voulu et bien sûr les réglages adéquats.

 

Et pourquoi ne pas faire des prises live même si c'est plus exigeant ?

 

Depuis un certain temps la mode est d'enregistrer séparément, on commence par la batterie, ensuite on enregistre la basse…etc, tout ça au clic bien entendu. Les défenseurs de cette méthode vous dirons que c'est un confort, un gain de temps, que ça permet plus de liberté, qu'au final le produit sera bien plus propre, d'ailleurs beaucoup de musiciens travaillent comme ça et patati et patata.

Il est vrai que cette méthode porte tout à fait ses fruits dans le monde professionnel qui pour des raisons d'emploi du temps décalés (les musiciens ne sont pas forcément tous là au même moment) utilise l'enregistrement séparé.

 

Bon, mais vous qui jouez en groupe, et qui bien sûr prenez plaisir à le faire, pourquoi ne pas tenter de restituer une connivence musicale qui s'exprime au mieux en jouant en même temps? Et puis surtout, qu'est ce qui fait le son d'un groupe? Le matériel utilisé et sa maîtrise, d'accord, mais c'est surtout le nombre d'heures passées à jouer ENSEMBLE.

 

Ce qui fait un bon groupe ce n'est pas forcément la technicité ajoutée de chacun de ses membres, mais c'est bien plus la complémentarité (qui demande d'ailleurs une certaine forme de technicité, disons des qualités musicales). Une bonne mise en place (c'est-à-dire chacun à sa place) fait la cohésion et donc la pertinence musicale du groupe.

 

Tout le monde aura compris que pour envisager des prises live (c'est à dire au minimum Basse-Guitare-Batterie), il faut arriver déjà prêt, s'être déjà enregistré au clic, avoir vérifié notamment que les rythmiques étaient calées.

À ce propos une remarque, il est préférable, voir fortement recommandé que le bassiste et le batteur aient bossé leur cohésion rythmique. Le couple "basse-batterie" est très important, ce sont les fondations d'un morceau, si elles sont bancales le reste le sera aussi.

 

En réécoutant votre musique, concentrez-vous bien sur le placement des notes de basse sur les différents éléments de la batterie et plus particulièrement sur la grosse caisse; soignez les introductions, les relances, les fins de morceaux et faites tourner les différentes parties pour trouver la clef de voûte: le GROOVE.

 

Le clic

 

Première remarque: utiliser le clic sans que les musiciens du groupe aient pris l'habitude de bosser avec, cela ne sert à rien.

Pour profiter de ce que peut apporter un clic, il est nécessaire de le maîtriser (un conseil: chaque musicien bosse ses parties pendant six mois, tous les jours, au clic... et vous verrez, ça rentre).

 

Passons rapidement sur l'utilité du clic pour faciliter les re-re. S'il est obligatoire lorsque l'on utilise des machines, des sample,etc. lorsque les musiciens sont en chair et en os, on peut se permettre de s'en passer. Nombre de morceaux que vous connaissez tous ont été enregistrés sans clic, juste un exemple célèbre, le Brain New Cadillac des Clash sur l’album "London Calling" ce n'est pas régulier, cela accélère tout le temps, mais c'est justement cette accélération constante qui fait le charme du morceau…

 

Cela signifie que se passer ou non du clic doit correspondre à une exigence artistique. Mais il faut savoir que dans la majorité des cas, le fait d'être régulier est justement une exigence artistique :-).

 

Les re-re

 

Si les prises rythmiques sont carrées, avec l'intention voulue, les re-re après, c'est que du bonheur ou alors dans le cas contraire, cela peut être une grosse désillusion. Juste quelques remarques:

 

Pour les guitares, surtout si vous jouez à trois (guitare, basse, batterie), doublez les en utilisant des configurations différentes, cela enrichit le son et en plus cela permet au mixage de faire des effets bluffant. Si vous utilisez des effets, mieux vaut s'en servir au moment des prises: les baffles sont pour beaucoup dans la qualité du son, et rajouter certains effets après coup du genre Big-muff, ou plug-ins... peut s'avérer très décevant.

 

Les voix: alors là c'est l'épreuve de vérité. Pour le ou la voix Lead, si vous n'êtes pas au point, ça va très vite se sentir et là on rentre dans les bidouillages en tous genres dont les ingénieurs du son sont spécialistes. Gare au retour de bâton si votre voix n'est pas en concert à l'image de celle qui a été enregistrée, cela s'entendra…

Une voix, c'est imparable, elle passe ou ne passe pas, et avec la meilleure volonté du monde et tout le travail que vous voulez, ça ne changera pas grand-chose à l'affaire. La qualité de la voix sera jugée beaucoup plus durement que le reste par ceux qui vous écouteront, je vous laisse deviner pourquoi…

 

Enfin dernière remarque, en re-re, en plus des idées que vous aviez préparées, s'il vous reste du temps, surtout n'hésitez pas à enregistrer une idée nouvelle (des percussions, des notes de guitare, de piano…) tout ce qui vous semble améliorer votre titre, après au mixage vous garderez ce qui vous semble pertinent.

Le mixage

 

Tout d'abord il est déconseillé de faire le mixage juste après les prises. Laissez-vous au moins une bonne quinzaine de jours: vos oreilles sont fatiguées d'avoir joué, puis écouté, puis rejoué, puis réécouté vos morceaux. Il faut faire le vide, laisser tout cela au repos.

 

Jusqu'à présent vous aviez écouté votre future œuvre à plat. Lors des séances de mixage, il va falloir dégager une atmosphère de tout ça. Comme en cuisine plus les ingrédients seront de bonnes qualités, plus le cuisinier sera habile, fin, inventif, plus le résultat final sera probant.

 

Répétez vos morceaux...

 

L’enregistrement est l’occasion de fixer un morceau, alors il vaut mieux mettre toutes les chances de son côté pour en produire la meilleure version possible. Pour cela, répétez bien vos morceaux et assurez-vous que tout le monde en a la même vision.  Combien de fois n'avons nous pas entendu:"Ah, tiens! je ne savais pas que tu faisais ça à cet endroit là à la basse"... Si vous vous apercevez le jour de l’enregistrement que vous n’avez pas en tête la même structure ou les mêmes détails de breaks ou d'arrangement, cela pourra donner un caractère amateur à votre production et vous faire perdre non seulement votre temps et votre énergie.

 

Quand vous partez pour le le studio, vous pensez être prêts et vos morceaux tournent bien en répète. Si vous prenez le temps de vous enregistrer et d'écouter, vous verrez que vous n'êtes pas en place, qu'il y a beaucoup de dérives, quelques notes qui viennent d’on ne sait où. En studio, cela ne pardonnera pas et il n'y a pas beaucoup de place pour l'amateurisme si vous souhaitez graver votre oeuvre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il vous est possible avec un simple smartphone de remédier à cela. Il faut vous enregistrer, vous écouter, devenir meilleurs grâce à une technique assez simple: Commencez avec un seul morceau, voire deux mais pas plus pour vous régler sur la qualité de l'enregistrement. Après, vous pourrez aller plus vite. Enregistrez vos répétitions et vous verrez ceux qui ont bossé et ceux qui n’ont pas assuré. Nous vous conseillons fortement de le faire. Vous aurez peut-être un peu de mal pour avoir un mix équilibré mais du moment que vous pouvez entendre tout le monde, c'est le principal. Grâce à cette écoute, vous allez mieux comprendre votre morceau de l'extérieur et surtout, vous allez voir les points à améliorer. Ne recherchez quand même pas la perfection, elle n'existe pas...

 

Il est également important de laisser à son corps et son esprit le temps d’assimiler les séances de répétition, surtout lorsqu’elles sont rapprochées sur une courte période. Il vaut donc mieux s’accorder quelques jours de répos avant une séance d’enregistrement, ce qui peut également vous permettre de retrouver un dynamisme et un plaisir que l’on ressent moins au terme de répétitions intensives. 

 

Bon ! Quand même, on fait de la musique pour se faire plaisir ! Alors ne prenez pas tout au pied de la lettre! Ménagez les moments de travail et les vrais moments d'énergie qui font plaisir. Ces instants de travail ne sont là que pour ne pas gâcher l'argent que vous allez mettre dans la production de votre album et pour vous permettre d'avancer. Les instants de répétition sont des instants magiques à vivre intensément alors "keep cool"

 

Pensez au métronome

 

Jouer en studio demande une précision bien plus grande que jouer en live, puisque la moindre imprécision s’entend sur l’enregistrement. Cela nuit à la qualité du résultat et réduit les possibilités d’editing et de mixage.

 

Pour vous mettre dans ces conditions, prenez l’habitude de répéter “au click”, c’est à dire avec un métronome. Cela peut également vous permettre de vous habituer aux conditions d’enregistrement en studio, loin de l’énergie du live où le public aide souvent à se dépasser en tant que musicien ou chanteur.

 

Lors de l’enregistrement, à vous de voir si vous préférez que tout le monde ou seul le batteur joue au click. Vous pouvez aussi décider, surtout si vous enregistrez en groupe, que personne n’ait de click afin de préserver un élan naturel, mais gardez à l’esprit que cela rendra probablement votre morceau moins précis.

 

 

Déterminez le résultat souhaité autrement dit: Fixez vous un objectif!

 

Une question primordiale est la raison pour laquelle vous enregistrez vos morceaux. Pour distribuer une maquette à des professionnels? Pour faire écouter à votre famille et vos amis? Cela pèsera sur votre exigence et vous aidera à déterminer, au cours des séances d’enregistrement, les pistes à garder et celles à refaire pour obtenir la qualité souhaitée.

 

Choisir l’ordre des morceaux

 

On ne le dira jamais assez, enregistrer en studio, peut être déstabilisant lorsqu’on n’en a pas l’habitude. Tout ce qui peut servir à mettre en confiance est utile et même le choix de l’ordre des morceaux à son importance. Buter sur un morceau peut se révéler très frustrant, alors mieux vaut commencer par ceux que vous maîtrisez le mieux !  Cela vous permettra d’aborder les morceaux plus complexes avec plus de sérénité.

Préparez vos instruments

 

Accordez tous vos instruments soigneusement et pensez à le faire régulièrement au cours de vos séances. Si vous comptez enregistrer une batterie, n’oubliez pas de faire accorder ses peaux! Pour cela, le mieux est de vous rendre en magasin pour solliciter les conseils et services d’un professionnel. Demandez à l'ingé-son s'il n'est pas opportun de changer les peaux de votre batterie, il n'y a rien de pire que d'enregistrer des peaux fatiguées...

 

Changez vos piles pour des neuves

Combien de fois cela est arrivé au studio... surtout si vous avez une guitare ou un instrument qui fonctionne à pile (guitare active ou électro-acoustique ... et paf! au moment d'enregistrer, les piles sont mortes... Contrôlez vos piles avec un voltmètre ou mieux: achetez des piles neuves avant de venir au studio :-).

 

 

Réparez votre instrument 

 

La veille de l’enregistrement, il est trop tard pour changer vos cordes. Pour les basses, il faudra y penser au minimum une semaine avant et changer tout le jeu en même temps pour conserver une sonorité homogène d’une corde à l’autre. Si vous devez changer des cordes boyaux, de métal, de nylon ou Alliances, prévoir le temps nécessaire pour qu’elles puissent se stabiliser à la hauteur voulue. Prenez soin de tous les petits buzz et autres parasites qui ne vous sautent pas aux oreilles en temps normal mais que les microphones ne laisseront pas passer. Un petit tour chez votre luthier quelques jours avant n’est peut-être pas inutile.

 

Echauffez-vous!

 

Si vous avez l’habitude de jouer en live, vous avez probablement déjà observé que l’on joue généralement mieux à la fin qu’au début d’un concert. C’est logique, il faut que votre corps et votre esprit se mettent en route ! Il en est de même lors de l’enregistrement, et il vaut donc mieux prévoir du temps pour que vous puissiez vous échauffer et jouer les morceaux plusieurs fois avant de lancer l’enregistrement.

 

Gérer votre temps et votre énergie

 

De manière générale, comme vous avez pu le voir dans les conseils précédents, gérer son temps est la clé pour un enregistrement réussi! Prévoyez le temps dont vous aurez besoin pour enregistrer et faites votre maximum pour vous y tenir. Cela vous évitera de vous frustrer inutilement pour peaufiner un morceau - mieux vaut aller de l’avant et tout finir dans les temps.

 

Gérer son temps, c’est également rechercher une bonne cadence pour vos sessions. Rien ne tue l’enthousiasme comme une longue période d’attente et si vous multipliez les interruptions parce que vous n’êtes pas assez préparé, cela risque de se ressentir sur l’implication générale.

 

Une bonne maîtrise du temps est essentielle lors de séances d’enregistrement. Une matinée entière n’est pas de trop pour tout installer. Cela sous-entend que vous avez auparavant décidé comment vous allez procéder : du placement des micros au planning des morceaux à enregistrer, jour après par jour, en pensant aux nombreuses pauses, à la nourriture, à la bouteille d’eau indispensable, etc. Si vous travaillez seul et avec votre équipement, le risque de voir les jours se succéder sans jamais finir le travail est grand et vous avez tout intérêt à respecter strictement le planning que vous aurez préalablement défini.

 

Une bonne façon d’appréhender le temps est d’opter pour un ordre des morceaux à enregistrer, du plus simple au plus complexe. Si vous ne pouvez finir d’enregistrer le premier morceau, le plus simple, dans le temps que vous vous étiez imparti, vous pouvez être certain de ne pouvoir finir l’album entier dans les temps. Pour garder un son homogène d’un morceau à l’autre, il est important de ne pas changer la place des micros une fois positionnés et de conserver les réglages du matériel tout au long des séances. Si vous devez interrompre votre enregistrement, en studio, faute de temps, pensez que d’autres musiciens vont venir après vous et que l’ingénieur du son devra non seulement changer la configuration du lieu mais aussi modifier les réglages de son matériel.

 

Apprenez à vous connaître

 

Puisque vous ne pouvez savoir comment vous allez réagir en séance, en particulier si c’est votre premier enregistrement, testez votre comportement en réalisant quelques prises rapides, chez vous, par exemple. Vous n’avez pas besoin de matériel sophistiqué pour cela car le résultat est plus dans votre capacité à jouer tout en sachant que vous êtes enregistré(e) que dans l’enregistrement lui-même. Un simple microphone relié à un ordinateur, un téléphone mobile avec la fonction « enregistrer » fera très bien l’affaire.

 

Adaptez votre jeu

 

L’enregistrement en studio et la performance en concert n’ont absolument rien à voir ensemble. L’énergie que vous donnez en concert devant un public éloigné de plusieurs dizaines de mètres n’a pas lieu d’être pour des microphones placés à seulement quelques mètres de vous. Pour ne pas détériorer le son, adaptez votre jeu en jouant de façon beaucoup plus légère à l’enregistrement, vous conserverez ainsi la couleur naturelle de votre instrument.

 

Imprimez vos textes en 3 exemplaires

 

Pour que l'ingé-son puisse suivre vos paroles et vous reprendre dans la structure de votre titre il est essentiel de lui fournir une copie de vos textes. Prévoyez aussi des copies pour les membres du groupe  et pour le réalisateur/producteur s'il y en a un pour vous diriger afin qu'il puisse annoter les passages délicats, voire, couper dans votre texte!. Donc 3 ex c'est un minimum, ne l'oubliez pas.

 

Et enfin... Profitez de l’expérience!

 

S’enregistrer est une étape significative pour un musicien et peut vous permettre d’appréhender votre jeu d’une manière inédite, alors profitez-en au maximum ! Pour un groupe, un enregistrement représente du travail mais est également un instant privilégié, la concentration et l’excitation pouvant aider à resserrer le lien entre les membres. Si vous communiquez sur votre projet, un enregistrement peut être l’occasion de vous dévoiler sous un jour inédit, vous pouvez donc en profiter pour filmer tout cela... et rajouter sur votre CV: "expérience studio" ;-)

 

 

Textes "copié/collé" et librement adapté dans le respect du récit de leurs auteurs respectifs , en voici les sources:

 

https://www.zikinf.com/articles/scene/enregistrer-studio.php

http://www.riffx.fr/en-pratique

http://harpeceltiqueblog.com

http://mastering.online.fr/preparationenregistrement.htm

Et après?  quelles sont les erreurs à éviter?
5 erreurs à éviter pour les membres d'un groupe en studio!
5 erreurs à éviter pour les bassistes en studio!
 
Les erreurs des rappers en studio!